Signal de Bougy

Les entretiens annuels revisités

Près de 10% des plus grandes sociétés américaines l’ont supprimé pour le remplacer par un dispositif d’évaluation en continu. Google, IBM, General Electrics et la banque Goldman Sachs par exemple.

L’entretien d’évaluation annuel a toujours suscité le malaise des managers et des collaborateurs. Le remplacer? Oui, mais par quoi? C’est pour tenter de répondre à cette question qu’HR Factory (le groupe de travail ouvert à tous et sans buts commerciaux de la communauté RH romande) a organisé sa première université d’été, le samedi 2 septembre au Signal de Bougy (canton de Vaud). Devant une quarantaine de participants, le DRH Stéphane Haefliger a ouvert les débats en détaillant les enjeux de cette mal-posture. «L’entretien d’évaluation de fin d’année est un problème en mille-feuilles. De nombreux éléments doivent être considérés: le processus, la personnalité de l’évaluateur, le sens du dispositif, les items évalués, le comment et le cadre culturel». Le conseiller en formation et RH Maxime Morand a partagé ses expériences. Notamment cette anecdote délicieuse: «Avec les deux garçons dont je suis le père, j’utilise la technique du télésiège. Ce moment d’une journée de ski est idéal. Nous sommes assis l’un à côté de l’autre, le décor est magnifique, mon fils ne peut pas s’échapper et l’échange ne dure pas plus de dix minutes». Le professeur de ressources humaines de la heig-vd, François Gonin, a ensuite présenté une recherche sur l’évaluation des compétences collectives. Un projet-pilote mené dans un établissement médical genevois: «Cette évaluation entre pairs a fait ressurgir des centaines de propositions d’amélioration. Le groupe a également demandé à pouvoir évaluer collectivement le chef d’équipe.» Impossible ici de vous donner les détails de tous les résultats stimulants de cette journée. HR Today y consacrera un dossier complet en février 2018.

Laisser un commentaire0 Commentaires
Texte:
Davantage d'articles de

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser