Le statut des personnes travaillant pour des sociétés telles qu'Uber devrait offrir une couverture sociale moins favorable que celle d'un salarié. Photo: Keystone