Temporairement vôtre

Conditions de travail des travailleurs temporaires: plus qu’équivalents!

Le monde du travail fait de plus en plus la part belle à la flexibilité. Les entreprises sont soumises à une concurrence internationale et doivent optimiser leurs coûts. Les individus souhaitent davantage concilier vie privée et vie professionnelle. Et le coronavirus nous a enseigné à quel point la flexibilité était nécessaire et possible.

Des inquiétudes et des préjugés infondés

Mais le travail flexible est aussi un motif d’inquiétude pour bon nombre de personnes et de parties prenantes, qui redoutent une détérioration des conditions d’emploi des travailleurs flexibles. La peur des bas salaires et des heures supplémentaires épuisantes, notamment, suscite des débats controversés.

Le White Paper de swissstaffing «Plus qu’équivalent: salaires et heures supplémentaires dans le travail temporaire» aborde ces inquiétudes et analyse les conditions de travail des travailleurs temporaires en les comparant à celles des employés fixes en partant de l’Enquête suisse sur la population active. Les résultats montrent clairement que les craintes vis-à-vis du travail temporaire sont infondées. Il est prouvé que le travail temporaire offre des conditions-cadres sûres et équitables aux travailleurs flexibles.

Moins d’heures supplémentaires à salaire équivalent

Très concrètement, il apparaît que les travailleurs temporaires et les employés fixes gagnent autant, pour peu que l’on tienne compte des différences telles que l’ancienneté, la formation, les tâches d’encadrement et l’expérience professionnelle. Si l’on intègre le type de contrat de travail à l’évaluation, on observe même que les travailleurs temporaires sont mieux payés que les employés fixes ayant un contrat à durée déterminée. Le travail flexible se révèle ainsi particulièrement intéressant à titre individuel quand il est organisé via un prestataire de services de l’emploi.

Le constat est similaire en ce qui concerne les horaires de travail: les travailleurs temporaires sont moins souvent tenus d’effectuer des heures supplémentaires que leurs collègues employés fixes. En outre, ils voient plus souvent leurs heures supplémentaires rémunérées.

La régulation n’aurait que des inconvénients

Ces enseignements sont d’une importance capitale pour le débat sur le renforcement de la régulation du travail temporaire: D’abord parce que les préjugés à l’égard du travail temporaire se révèlent entièrement infondés. Ensuite parce que la facture des restrictions du travail temporaire est salée: les chômeurs restent plus longtemps sans travail, la compétitivité des entreprises suisses s’érode et le travail flexible se voit reporté vers des modèles de travail moins sûrs tels que le travail indépendant, la sous-traitance ou même le travail au noir.

Des assouplissements ciblés s’imposent

En revanche, l’assouplissement de certaines réglementations obsolètes permettrait à un plus grand nombre de travailleurs de profiter des avantages du travail temporaire dans un monde du travail de plus en plus flexible.

  • L’obligation de forme écrite, imposée à la conclusion d’un contrat et actuellement réservée aux travailleurs temporaires, doit être levée ou remplacée par une solution numérique. De nos jours, les travailleurs temporaires peuvent trouver une mission en quelques heures devant l’écran de leur ordinateur. Le papier qu’il est encore nécessaire d’imprimer est superflu.
  • Alors que les employés fixes peuvent en général récupérer les heures supplémentaires accomplies en prenant des jours de congé supplémentaires ou en travaillant moins longtemps les jours suivants, les travailleurs temporaires reçoivent traditionnellement une indemnisation de nature financière. Sans doute cela convient-il dans bien des cas. Les travailleurs temporaires doivent néanmoins bénéficier d’une plus grande souplesse qui leur permettrait de ne pas toujours compenser les heures supplémentaires avec de l’argent, mais aussi avec du temps libre.

Travail temporaire = flexisécurité

Dans un monde numérique en proie à des bouleversements fulgurants, la flexibilité n’est pas un risque, mais une chance et une nécessité. Le travail temporaire lui permettrait de s’exprimer dans un cadre sûr et équitable.

White Paper «Plus qu’équivalent: salaires et heures supplémentaires dans le travail temporaire»

Le document est disponible en téléchargement

 

Laisser un commentaire0 CommentairesHR Cosmos

Myra Fischer-Rosinger est la directrice de swissstaffing, l'Union suisse des services de l'emploi. Après des études à l'Université de Zurich, elle a exercé en tant que conseillère politique, notamment auprès d'Avenir Suisse et Reichert Consulting.

Davantage d'articles de Myra Fischer-Rosinger

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser