swisstaffing-News

Existe-t-il des travailleurs temporaires typiques?

Le fait est qu’en Suisse, les intérimaires fournissent environ 200 millions d’heures de travail chaque année. Cela correspond à 2,4 pour cent des heures totales. Qui sont ces nombreux travailleurs qui mettent leur flexibilité au service de l’économie?

Les employés temporaires soutiennent les entreprises qui traversent des pics de travail ou qui ont besoin d’aide ponctuelle pour un événement. Ils assurent des remplacements en cas de maladie ou de congé parental. Ils travaillent aussi sur des projets spécifiques. Bref, ils contribuent à alléger la charge des employés fixes et à garantir les délais.

Mais qui sont ces personnes? Quelles sont leurs motivations et leurs attentes? Telles sont les questions auxquelles répond une grande enquête menée par l’institut de sondage et d’études de marché gfs zürich auprès de 4000 personnes à la demande de swissstaffing.

En résumé, le travailleur temporaire moyen est un homme célibataire d’origine étrangère et âgé de 25 à 39 ans. Son emploi principal se trouve dans l’industrie. Or, cette description ne va pas assez loin. En effet, le travail temporaire se caractérise par une multitude de motivations: des hommes et des femmes au foyer souhaitant réintégrer le marché du travail; des personnes à la recherche d’un poste fixe et utilisant le travail temporaire comme passerelle vers le marché du travail; des travailleurs âgés qui visent une transition en douceur vers la retraite. Le site www.le-travail-temporaire.ch présente l’éventail de leurs motivations. 


Les caractéristiques des travailleurs temporaires


Les caractéristiques sociodémographiques des intérimaires se distinguent nettement de celles de la population active en général. Cela peut irriter au premier abord, mais s’explique facilement. Prenons l’exemple du ratio hommes-femmes: la proportion d’hommes dans le secteur temporaire est de 62 pour cent, contre seulement 53 pour cent dans la population active totale. Cette différence tient aux secteurs concernés. Plus de 60 pour cent des intérimaires travaillent dans l’industrie ou dans la construction, des secteurs dans lesquels la proportion d’hommes atteint 80 pour cent.

Avec 52 pour cent, la proportion d’étrangers dans le secteur temporaire est également plus élevée. À cela quatre raisons:

  • Premièrement, la forte concentration sur les secteurs de l’industrie et de la construction, où la proportion d’étrangers est plus élevée que dans d’autres branches.
  • Deuxièmement, la main-d’œuvre non qualifiée est surreprésentée dans le travail temporaire (43 pour cent). Or, les emplois peu qualifiés sont plus fréquemment occupés par des travailleurs étrangers.
  • Troisièmement, le taux de chômage des étrangers est plus élevé que celui des Suisses. Les demandeurs d’emploi étrangers utilisent plus souvent que la moyenne le travail temporaire comme une passerelle pour réintégrer le marché du travail. Ils sont soutenus par les conseillers en personnel lorsqu’ils postulent à un emploi dans l’entreprise locataire de services.
  • La quatrième raison est la suivante: à cause de la pénurie de travailleurs qualifiés, les profils recherchés sont délicats à trouver sur le marché du travail national. Cela freine la croissance des entreprises. En tant que professionnelles du recrutement, les sociétés d’intérim aident leurs entreprises clientes à pourvoir des postes difficiles, le cas échéant en faisant appel à des spécialistes étrangers.

Le travail temporaire donne une image complexe des travailleurs

Pourquoi les travailleurs temporaires sont-ils si flexibles? Et pourquoi ne visent-ils pas un emploi fixe? Ces questions sont étroitement liées aux précédentes.

La réponse est que les intérimaires tout comme les entreprises qui les emploient recherchent et proposent des emplois flexibles et de courte durée. Pour ceux qui souhaitent un poste fixe, le travail temporaire constitue une bonne solution provisoire jusqu’à ce qu’ils aient trouvé un emploi adéquat. Quant aux personnes qui, pour des raisons privées, ne recherchent pas un emploi permanent, la flexibilité du travail temporaire leur permet de travailler.

Dans ce contexte, les intérimaires ne peuvent pas être considérés comme un groupe homogène de travailleurs. Notre branche se trouve plutôt dans un équilibre fluide dans lequel il y a un flux constant de nouveaux travailleurs qui utilisent des emplois temporaires comme opportunité d’emploi et qui finissent par les quitter parce que leur mission prend fin, parce qu’ils ont déniché un emploi fixe ou parce qu’ils ne peuvent plus travailler pour des raisons privées.

Il n’est donc pas surprenant que 55 pour cent des missions ne durent pas plus de 6 mois. Pour 84 pour cent des intérimaires, la phase de travail temporaire se termine au bout de trois ans, qu’ils aient effectué une seule ou plusieurs missions au cours de cette période.

Le soutien offert par les prestataires de services de personnel est essentiel

Compte tenu de cette dynamique, les conseillers en personnel des entreprises de travail temporaire jouent un rôle primordial. À notre époque caractérisée par des changements continuels, ils sont les principaux interlocuteurs des travailleurs pour toutes les questions touchant à l’intégration sur le marché du travail.

L’enquête menée auprès des travailleurs temporaires montre que lorsque le soutien est assuré à 100 pour cent par les prestataires de services de personnel, son évaluation par les travailleurs temporaires est particulièrement bonne. Sur une échelle allant de 1 «très insatisfait» à 5 «très satisfait», les prestataires de services de personnel obtiennent une note moyenne légèrement inférieure à 4 pour les critères «soutien adéquat», «placement dans un poste approprié» et «placement dans une équipe appropriée».

En revanche, avec une note de 3,5, ils sont jugés moins bons pour le placement dans des postes suivants. Toutefois, c’est un aspect qui dépend de nombreux facteurs externes, par exemple de la situation générale sur le marché du travail.

Les résultats de l’étude montrent à quel point il est difficile de comprendre le monde du travail flexible sans aucun malentendu. Les travailleurs flexibles utilisent spontanément les opportunités proposées par le marché du travail. Grâce à leur travail, ils comblent les lacunes de l’économie en matière de personnel.

Bien souvent, ni les entreprises ni les travailleurs temporaires ne savent au départ combien de temps durera leur collaboration. Elle est fréquemment plus longue que ce qui était initialement prévu.

La moitié des anciens travailleurs temporaires qui ont un emploi permanent sont employés dans l’une des entreprises pour lesquelles ils ont travaillé en intérim. Au cours de la mission, les relations de travail conclues de manière flexible finissent par se transformer en relations employeur-employé durables.

Laisser un commentaire0 Commentaires

Marius Osterfeld ist Ökonom bei ­swissstaffing.

Davantage d'articles de Marius Osterfeld

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser