Conseils pratiques

Bientôt un Bench-Marque RH en Suisse romande

La fonction RH doit être «Tech and Touch», selon la formule de Maxime Morand. Nous lançons ici un Bench-Marque RH avec cinq indicateurs-clés afin de renforcer la dimension «Tech» de la profession.

La financiarisation de notre économie a mis au pouvoir les directeurs financiers dans nos organisations. Les CFO sont devenus plus puissants que les CEO. Ce qui a eu pour conséquence un certain culte du chiffre et du budget. Qu’on le veuille ou non, cette situation est devenue une réalité avec laquelle il faut désormais composer. Pour la fonction RH, la question est donc de savoir comment se positionner dans cet environnement rythmé par le chiffre et le bilan trimestriel?

C’est ce questionnement qui est à l’origine de l’initiative que nous vous présentons dans cet article. L’impulsion de départ est venue d’un éditeur de logiciel RH valaisan, la Groupe T2i et son directeur commercial Remy Tzaud. Ce dernier a proposé de créer une communauté RH en Suisse romande qui se mettrait d’accord sur une méthode de calcul commune de cinq indicateurs-clés de la fonction RH. Un premier groupe de travail a été constitué au printemps 2016, avec le conseiller en leadership et RH Maxime Morand (www.provoc-actions.com), la professeure Alexandra Hugo de la HES-SO Valais et le sous- signé.

Ce premier groupe de travail a permis de poser le cadre de cette initiative. Constats: de nombreux DRH disposent d’indicateurs chiffrés sur leur capital humain mais ne sont pas en mesure de les comparer avec d’autres entreprises car les méthodes de calcul ne sont pas les mêmes. Or cette comparaison avec un benchmark commun est ce qui donne toute la valeur à un indicateur. Le chiffre devient ainsi un outil de pilotage. Comme l’explique Maxime Morand, «un indicateur devrait nous faire bouger et nous pousser à aller décoder les enjeux humains qui se jouent derrière les chiffres. Il devrait induire une action, une discussion et un dialogue». Mais cette discussion est difficile à mener sans points de comparaison.

A la fin mai 2016, une quinzaine de responsables RH se sont donc réunis au Musée olympique de Lausanne pour choisir les indicateurs qui formeront ce Bench-Marque RH. Pendant la discussion, il est apparu qu’il valait mieux s’en tenir à un nombre limité d’indicateurs afin de permettre à un maximum d’entreprises de monter à bord. Comme les pratiques ne sont pas unifiées, chaque entreprise compose ses indicateurs à sa façon, avec des outils et des méthodes de calculs propres. Cette simplification est donc une condition – dans un premier temps en tout cas – pour obtenir un consensus large. Les cinq indicateurs retenus lors de ce premier atelier sont détaillés ci- contre (lire l’encadré).

Pendant l’été 2016, les participants à ce premier atelier ont donc mis en pratique ces méthodes de calcul afin d’en vérifier la faisabilité. Un deuxième atelier a réuni en septembre 2016 les mêmes acteurs (ainsi que plusieurs nouveaux participants) pour tirer un premier bilan. Les réactions sont positives. Les méthodes de calcul proposées semblent convenir à tous les acteurs. Les participants ont même souhaité que le processus s’accélère afin que les comparaisons puissent commencer au plus vite.

En plus du Groupe T2i, plusieurs éditeurs de logiciels étaient également invités à participer à ces ateliers (Loyco, Bial-X et Nexavis notamment). L’idée est que les outils qui sont mis sur le marché permettent aux utilisateurs d’extraire leurs données selon ces méthodes de calcul communes. Cet esprit d’ouverture est également une condition de la réussite du projet. L’idée est de fédérer un maximum d’acteur autour de cette initiative afin qu’elle puisse réellement s’ancrer dans les pratiques.

Enfin, il a également été décidé de baptiser cette initiative «Bench-Marque RH». Cette appellation a été retenue à cause de sa neutralité. Ce titre permet d’inclure sous la même enseigne tous les acteurs intéressés par ce projet, que cela soit les départements RH, les éditeurs de logiciels, les associations professionnelles ou les médias.

L’exclusivité étant ici proscrite. A terme, un site Internet devrait voir le jour afin de rassembler tous ces acteurs sous un même toit. Christophe Barman, CEO de la société Loyco a également proposé de créer un label «Bench-Marque RH» qui permettrait de certifier les logiciels sur le marché.

Les cinq indicateurs, méthodes de calcul

1. Les effectifs
Les effectifs sont calculés en équivalents temps plein (ETP) et en headcount (nombre de personnes).
Distinction:
Les effectifs en production = tous les contrats à durée déterminée et non déterminée (contrats intérimaires non compris). Les effectifs en formation = les stagiaires et les apprentis.
Temporalité: Effectifs moyens sur douze mois roulants et/ou à un rythme trimestriel.

2. Le taux de rotation
Distinction:
Taux de rotation brut = tous les départs, y compris les décès et les départs à la retraite.
Taux de rotation net = uniquement les départs non souhaités (accords de départ non-compris).

3. L’absentéisme
En pour cent en francs et en jours moyens.
Distinction:
Absentéisme = toutes les absences non planifiées. C’est-à-dire pour cause de maladie, d’accidents et les congé pré natal. Les congés post natal ne sont pas considérés comme une absence non planifiée.

4. L’âge moyen
(homme et femme).

5. L’ancienneté moyenne
(homme et femme).

Le Bench-Marque RH au Salon RH

Le Groupe T2i organise une conférence au Salon RH 2016 pour présenter cette initiative du Bench-Marque RH. La conférence sera animée par Alexandra Hugo de la HES-SO Valais et par Marc Benninger, rédacteur en chef de la version française d’HR Today.
Lieu et date: Forum 3, Palexpo Genève, Mercredi 5 octobre 2016, de 10h00 à 10h30.

 

Laisser un commentaire0 Commentaires

Marc Benninger est le rédacteur en chef de la version française de HR Today depuis 2006.

Davantage d'articles de Marc Benninger

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser