Temporairement vôtre

Formation continue et gig economy

Tout le monde est d’accord pour dire que l’apprentissage tout au long de la vie est essentiel. D’une part en raison de l’évolution technologique, d’autre part à cause de l’allongement de l’espérance de vie. Mais qu’en est-il de la formation continue dans la gig economy?

À l’occasion du cinquantenaire de swissstaffing, le GDI (Gottlieb Duttweiler Institute) a développé cinquante scénarios pour le monde du travail. Pour lui, la formation initiale et la formation continue deviendront plus rapides et moins coûteuses. Elles seront peut-être moins bonnes, mais elles resteront à un niveau acceptable pour le but poursuivi.

Dans la gig economy, les travailleurs n’ont plus un seul emploi, mais plusieurs petits jobs. Pour eux, des séances d’apprentissage brèves remplacent avantageusement les formats traditionnels de la formation initiale et continue. Ils se forment à petite dose en suivant des vidéos sur YouTube, par exemple.

Chez www.temptraining.ch, le Fonds de formation pour les travailleurs temporaires, on constate que de nombreuses personnes recherchent des formations courtes. Ces intérimaires souhaitent des cours compacts et orientés sur la pratique, quels que soient les domaines: langues, maniement d’un chariot élévateur, sécurité au travail ou encore soins aux seniors. Ces unités d’apprentissage doivent leur être directement utiles dans la vie professionnelle. Il arrive souvent qu’après avoir accompli une mission, ces travailleurs temporaires s’adressent de nouveau à temptraining pour suivre une nouvelle formation.

Ce modèle fonctionne bien. Preuve en sont les 26’000 requêtes qui ont été approuvées par temptraining depuis six ans. Cela représente un montant de 43 millions de francs.

Reste à savoir si cette manière de suivre une formation continue remplacera complètement ou en partie les modèles traditionnels. Mais il est certain que dans un univers professionnel de plus en plus fragmenté et virtuel, la formation continue devra forcément évoluer. Dans ce contexte, les brèves séquences de formation, parfois à consommer en ligne, seront une évidence.

Laisser un commentaire0 Commentaires

Myra Fischer-Rosinger est la directrice de swissstaffing, l'Union suisse des services de l'emploi. Après des études à l'Université de Zurich, elle a exercé en tant que conseillère politique, notamment auprès d'Avenir Suisse et Reichert Consulting.

Davantage d'articles de Myra Fischer-Rosinger

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser