Portrait

Fruit de la maison

DRH Monde du groupe Nestlé, Peter R. Vogt explique comment le géant suisse de l’alimentation embrasse le changement tout en restant fidèle à ses valeurs.
Entré chez Nestlé en 1980, il a grimpé jusqu’au au sommet. Nommé DRH Monde du géant de l’alimentaire en 2013 (340 000 collaborateurs), le Biennois Peter R. Vogt incarne les valeurs du groupe par sa loyauté et sa capacité d’adaptation. Nous le retrouvons dans son bureau de Vevey, une après-midi glaciale de février. La brume qui caresse le lac Léman reflète l’austérité de son bureau. Voici un homme méticuleux, discret et légèrement facétieux. Sa franche poignée de main cache sans doute un brin de nervosité face aux projecteurs médiatiques. Lui préfère les coulisses discrètes du pouvoir et le travail abattu avec ardeur. Nous lui demandons d’emblée de nous raconter la semaine d’un DRH de multinationale. Il sourit: «Je reviens de la Silicon Valley, où nous avons visité les sièges de Facebook, LinkedIn et Glassdoor (site de recrutement où les candidats peuvent évaluer les entreprises, ndlr). Ils nous ont parlé de leurs pratiques RH et des outils qu’ils développent pour attirer les talents. Nous réfléchissons à renforcer un partenariat avec LinkedIn. Sinon, je participe à de nombreuses séances ou vidéo-conférences. Ce matin par exemple, j’ai visité les nouveaux locaux de Nestlé Suisse à Entre-deux-Villes (canton de Vaud). A midi, j’ai mangé avec le responsable administratif du groupe...». 
 

Réorganisation de la fonction RH 

Les deux hommes ont sans doute évoqué les changements que traversent actuellement les RH du géant de Vevey. Il précise: «Nous sommes en train de transformer la fonction RH du groupe en trois piliers: les HR Business Partner, un centre de compétences pour les prestations à haute valeur ajoutée (recrutement, formation, salaires) et un Shared services pour les tâches répétitives. Ces trois unités, créées et maintenues en interne, opéreront pour l’ensemble du groupe.» 
 
Nestlé célèbre cette année ses 150 ans. Cet anniversaire a servi de prétexte à notre rencontre. Quel lien voit-il entre cette longévité et la gestion du changement? Il répond: «Le changement fait partie de notre ADN. Les marchés évoluent sans cesse. Notre réussite s’explique donc par notre capacité d’adaptation. Le secret est d’avoir des valeurs fortes. Chez nous ces valeurs sont: qualité, respect et responsabilité. Cet ancrage nous permet d’être flexible et d’évoluer avec notre temps tout en gardant les pieds sur terre.» Aussi simple que cela? «Non. Pas du tout. Cette culture exige de l’exemplarité et une vision sur le long terme. Nestlé a par exemple décidé de publier ses bilans financiers deux fois par an, et non quatre fois, comme c’est devenu l’usage.» 
 
Et quid du rôle des RH dans cette adaptation permanente? «Tout ce que nous faisons est dédié au changement. Le business évolue, les gens ont besoin de se développer.» Un exemple? «Depuis une quinzaine d’années, le marché du travail a énormément changé. Désormais, c’est le talent qui choisit l’entreprise et non l’inverse. Le management directif, avec des ordres venant d’en haut, ne fonctionne plus. Les collaborateurs veulent de l’autonomie et souhaitent participer aux décisions. Notre fonction RH a donc dû s’adapter. Nous clarifions l’intention et les valeurs. Ce cadre posé, nous prenons du recul et adoptons une posture d’accompagnateur, en proposant des prestations de qualité et un service administratif sans faille.» 
 

Des marchés de plus en plus intégrés 

Ce changement de culture RH s’explique aussi par l’évolution du contexte économique. Actif dans plus de 100 pays à travers le monde, Nestlé a toujours eu une stratégie très locale, avec des usines de production basées proches de ces différents marchés. A tel point que les consommateurs pensent parfois que Nestlé est une marque locale. «Depuis une dizaine d’années, le marché est devenu beaucoup plus intégré globalement. Nous sommes passés d’une organisation structurée par pays à une organisation structurée par expertises. Nous créons des équipes virtuelles, qui communiquent par vidéo-conférence, et nous pouvons ainsi résoudre des défis opérationnels locaux en puisant dans notre réseau international.» 
 
Et comment procède-t-il concrètement pour initier des changements d’une telle ampleur? «Avec mes collègues de la direction générale, nous clarifions la vision et fixons des objectifs. Je m’appuie ensuite sur les responsables RH de chaque unité d’affaires. J’essaie de leur donner un business case, afin de montrer concrètement ce que nous essayons d’atteindre. Cette phase d’explication est primordiale. Prendre le temps d’étayer les raisons derrière un changement est toujours un bon investissement. Selon l’importance du projet, nous créons ensuite un comité de pilotage, qui se charge de récolter les idées des collaborateurs, ainsi que d’éventuelles résistances. Le pourquoi et le comment doivent être discutés avec la base. C’est là que l’aspect humain entre en ligne de compte. Essayez d’imposer une décision sans écouter la base et vos difficultés commenceront...» 
 
En écoutant Peter R. Vogt, on réalise que la gestion du changement n’est pas un dossier parmi d’autres sur son bureau. C’est plutôt le fil rouge qui les traverse. Il est intarissable sur le sujet, ses yeux pétillant de bonheur. Allons donc plus loin. Quels sont les deux changements qu’il a l’intention d’initier dans un avenir proche? «Je souhaite améliorer les compétences de nos HR Business Partner afin de leur donner une vraie posture pour accompagner la ligne. L’autre idée qui me tient à cœur est de renforcer les prestations de notre centre de compétences RH. Les nouvelles technologies offrent des possibilités incroyables! Nous proposons par exemple des séminaires par vidéo-conférences, où nous invitons un expert reconnu qui est ensuite écouté par 3000 collaborateurs Nestlé à travers le monde.»

De Saint-Gall à Jakarta 

Assez parlé de son organisation, venons-en à sa trajectoire personnelle. Enfant de la ville de Bienne, Peter R. Vogt étudie la finance et la comptabilité à l’Université de Saint-Gall. Pendant ses études, il travaille comme guide de voyage chez l’opérateur Imholz (aujourd’hui TUI Suisse). A la fin de ses études, il cherche un poste qui lui permettra de voyager. «Mon souhait était de partir en Amérique latine», glisse-t-il. Il entre chez Nestlé en 1980 comme stagiaire marketing/vente. Il confie: «Je n’ai jamais pensé effectuer toute ma carrière chez le même employeur.» Mais les opportunités s’ouvrent devant lui et un an plus tard, le voilà en poste au Japon. Commence alors une carrière typique d’expatrié, avec des nouvelles missions tous les trois à quatre ans. Hong Kong, Malaisie, Sri Lanka, Suisse (chez Frisco Findus), Danemark et Indonésie. Qu’a-t-il retenu de ces missions? «J’ai réalisé que la seule chose qui per- durait après avoir quitté un pays, ce sont les hommes et les femmes que j’ai formés durant ma mission. C’est d’ailleurs une grande fierté de Nestlé. Nous essayons d’apporter une réelle valeur ajoutée aux pays qui nous accueillent. Certes, nous sommes là pour faire du business. Mais nous créons aussi des emplois et nous formons le personnel sur place afin qu’il puisse aussi profiter de notre succès.» 
 
Après une carrière dans le marketing et la vente, il rejoint la direction RH du groupe en 2012. Sa première impression? «La fonction RH est encore plus complexe que je ne l’imaginais. J’ai choisi d’entrer dans les RH car j’aime développer les gens. J’essaie toujours de comprendre ce qui les passionne afin de les aider à progresser dans ce sens. Ce contact humain compte beaucoup pour moi.» Marié et père de deux enfants, Peter R. Vogt avoue sans hésitations que sa carrière chez Nestlé ne se terminera pas dans sa fonction actuelle. «Dans cinq ans, je me verrais bien diriger un projet de formation pour les jeunes talents de Nestlé. Le développement de nos collaborateurs en interne a toujours été notre force. Pourquoi donc nous en détourner?» 
 

Bio express

  • 1955 Naissance à Bienne 
  • 1980 Entre chez Nestlé 
  • 1990 Directeur marketing Nestlé Malaisie 
  • 2000 Directeur Nestlé Nordic et Danemark 
  • 2013 Global Head of HR, Nestlé Group

 

 

Laisser un commentaire0 Commentaires

Marc Benninger est le rédacteur en chef de la version française de HR Today depuis 2006.

Davantage d'articles de Marc Benninger

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser