Symposium

L'adéquation entre travail et famille profite à l'ensemble de la société

La compatibilité entre vie de famille et vie professionnelle ne profite pas seulement aux salariés. C’est l’économie nationale, donc la société dans son ensemble, qui en bénéficient, conclut un symposium.

Organisée conjointement par la Fondation Jacobs et l’Union patronale suisse, cette conférence s’est tenue à Berne le 13 novembre dernier. Elle réunissait des acteurs politiques, institutionnels et économiques de tous bords.

Les participants au symposium en sont convaincus: il est nécessaire d’accroître les investissements dans les mesures améliorant l’adéquation entre travail et famille. Sans surprise, l’accent est mis sur les structures d’accueil de jour et d’école à journée continue, que ce soit pour les enfants d’âge préscolaire ou en âge de scolarité.

«Les mères suisses sont extrêmement qualifiées mais ont souvent un taux de travail réduit», souligne Valentin Vogt, le président de l’Union syndicale suisse. «Il est prouvé qu’elles travailleraient davantage si elles disposaient d’offres d’accueil extrafamiliales de qualité et proposées à un prix abordable.»

Valentin Vogt précise que «l’économie compte sur ces ressources humaines disponibles en Suisse». Et d’ajouter que «les investissements réalisés dans ce domaine peuvent alors produire un rendement dépassant nettement les taux habituels, puisque les bénéficiaires ne sont pas uniquement les mères et les enfants, mais également l’économie nationale, et surtout, la société dans son ensemble».

Le symposium bernois est le point de départ d’un processus à long terme, expliquent ses organisateurs dans un communiqué de presse. Ce processus doit aboutir à l’instauration d’un dialogue entre les instances compétentes dans la sphère politique, les milieux économiques et a société civile.

Laisser un commentaire0 Commentaires
Texte: hrtoday.ch
Davantage d'articles de hrtoday.ch

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser