Digital RH

La fonction RH encore trop déconnectée de la transformation numérique

Les responsables RH devront en 2018 montrer leur valeur ajoutée en ce qui concerne l’anticipation, l’intégration et le développement des nouvelles stratégies requises par la transformation numérique. Ils doivent donc se préparer immédiatement.

Trop souvent perçue par les DRH comme un sujet principalement technologique, la transformation digitale de l’entreprise n’est dès lors pas toujours raccordée au périmètre de responsabilité RH. En Suisse, la fonction RH restait encore fin 2017 trop centrée sur le fonctionnement de ses missions régaliennes, ainsi que ses contraintes administratives et sociales. Au salon RH 2017 de Genève, seulement 2 conférences abordaient la digitalisation de l’entreprise).

Le changement de culture induit par les révolutions technologiques n’est pas toujours mesuré à la hauteur de ses enjeux, par peur du changement, manque de conviction ou manque de formation. La contribution active des DRH au «chantier digital» n’est pas encore adapté aux transformations humaines qui s’annoncent dans les organisations. Comme dans les autres départements de l’entreprise, les RH vont vivre des mutations technologiques toujours plus poussées de leurs services, bouleversant les codes du métier et leur façon de travailler.

En 2018, les RH ne pourront plus se contenter d’appliquer les méthodes existantes mais devront justifier de leur contribution dans la stratégie d’entreprise, en se positionnant comme une fonction à forte valeur ajoutée. Les RH peuvent aujourd’hui anticiper et s’appuyer sur des technologies matures, appelées TechRH (automatisation, externalisation, disruption, data technologie, etc.) pour améliorer l’efficience de leur fonction. Je recommande à ce sujet une conférence de novembre 2017 à Londres, lors du Talent Intelligent Summit.**.

Pour les directions RH, les enjeux sont multiples, avec une offre de services RH plus proactive remettant en cause le concept même du métier, trop souvent orienté sur la gestion administrative et non sur l’agilité. La transformation digitale des RH porte sur des enjeux humains d’organisation, d’emploi, de compétences, de business model et de changement de mode de travail. Malgré leur légitimité à accompagner ces transformations humaines, une grande majorité de RH ne jouent pas encore la place de partenaire stratégique, et ne se positionnent pas en interlocuteurs incontournables pour placer l’humain au cœur de la transformation digitale.

L’entreprise de demain ne pourra pas se développer ni s’adapter sans des politiques RH ambitieuses de refonte de l’existant pour apporter de la flexibilité et de l’innovation. Pour gagner en flexibilité et en compétitivité, les RH doivent immédiatement bousculer leurs habitudes, pour se positionner comme l’atout indispensable de la transformation digitale de leur entreprise. Le #TruGeneva 2017 a mis en avant l’envie de nombreux RH en Suisse Romande de devenir des catalyseurs de cette transformation digitale. La prochaine édition de la manifestation devrait apporter son lot de débats sur la transformation digitale, ainsi que des prises de positions des RH au sujet de l’implémentation du numérique dans leur entreprise.

La transformation digitale de la fonction RH est un générateur de valeur ajoutée. Elle ouvre un nouveau champ de possibilités managériales, qui offre aux RH un réel levier d’amélioration de la performance et d’engagement des collaborateurs.

Laisser un commentaire0 Commentaires

Directrice de la société Global HR Talents, Laetitia Kulak exerce depuis plus de 20 ans des fonctions dans le secteur des Ressources Humaines. Elle est spécialiste de l'écosystème numérique RH et du développement des nouvelles technologies RH issues du monde digital.

Davantage d'articles de Laetitia Kulak

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser