Dans la tête d'un manager

Savoir relever les défis posés par les "top performers"

Les "top performers", des individus aux capacités exceptionnelles, représentent de véritables atouts pour les entreprises: ils leur permettent d'atteindre les meilleures performances. Toutefois, leur intégration au sein de l'équipe constitue un véritable défi. Qui demande doigté et rigueur de la part des RH et managers. 
 
Le soliste de l’orchestre qui déchaîne la passion du public, l’avant-centre de l’équipe de football qui marque à tous les matchs, le pilote de formule 1 qui monte régulièrement sur la première marche du podium, ou encore le chirurgien champion des opérations hautement délicates et qui devient une référence internationale.
 
Autant d’exemples d’individualités qui ne peuvent exprimer leur talent sans l’appui du groupe qui les porte, mais qui peuvent également constituer le grain de sable dans la machine huilée du train-train quotidien.  Ceci est d’autant plus vrai que sous nos latitudes, les têtes qui dépassent ont tendance à déranger. 
 

"Têtes brûlées"

 
En entreprise, on reconnait ces personnalités à leur capacité de production totalement hors normes. Elles pulvérisent les statistiques, par une aptitude à réaliser des performances extrêmement élevées en toute circonstance, dépassant de loin la moyenne des réalisations du collaborateur lambda.
 
Dotées d’excellentes capacités intellectuelles, souvent également physiques, elles sont en règle générale également munies d’un instinct leur permettant de détecter la bonne voie avant tout le monde. Rapides à la prise de décision et à l’exécution, elles prennent leur environnement de vitesse, s’octroyant ainsi un avantage certain. 
 
Souvent de type "tête brûlée", elles vont très vite et ont une claire propension à forcer le passage lorsqu’elles rencontrent de la résistance. Habituées à la reconnaissance universelle, elles ont tendance à considérer leur entourage comme étant à leur disposition, totalement acquis à leur cause, cette dernière étant un atout majeur de la réussite de l’équipe. Leur succès individuel se confond d’ailleurs avec celui du groupe. 
 

Respecter les règles

 
Le défi auquel le management et le département des ressources humaines sont généralement confrontés découle directement de ce qui précède. Intégrer ces individualités demande beaucoup de doigté et une capacité particulière à trouver l’équilibre entre le besoin de l’entreprise d’atteindre des performances élevées et le devoir de maintenir la cohésion d’ensemble, ainsi que l’obligation de respecter les règles de conduite en vigueur. 
 
En effet, à l’instar du champion de formule 1 Michael Schumacher, souvent accusé d’avoir été à l’origine de sorties de routes de ses concurrents, les « top performers » frisent constamment l’excès de vitesse et flirtent souvent avec les limites. En outre, ils réunissent tous les éléments propices à attirer la jalousie, par l’ombre qu’ils projettent sur le reste de l’équipe. Au sein de cette dernière règne la crainte que le management n’aura d’yeux que pour la vedette, et ne reconnaîtra plus les performances plus « standards ». 
 

L'enjeu de l'accompagnement 

 
Le challenge consistera à investir le temps nécessaire à accompagner au quotidien les personnes réalisant des performances exceptionnelles afin qu’elles puissent laisser libre cours à leur art, ainsi qu’à faire de même avec l’équipe, sans laquelle les premières ne pourraient pas briller. Une coordination optimale entre le management et les ressources humaines sera essentielle.
 
L’investissement en temps  est important, mais le jeu en vaut largement la chandelle. C’est ainsi que l’entreprise atteindra des résultats hors du commun. Notons que les personnes décrites remettent souvent en cause les habitudes et représentent un « poil à gratter » salutaire, qui permet de faire progresser l’organisation. En cela, elles constituent un atout majeur pour l’avenir. 
 

Quelques principes-clés: 

  • Préparer l’équipe : le recrutement de la perle rare, un moment d’intense satisfaction pour le manager et son DRH, ne sera pas du tout perçu comme tel par le team. La communication, une fois de plus, jouera un rôle essentiel. Un discours clair, exprimant sans détour que les performances individuelles attendues de la nouvelle recrue ne deviendront pas le nouveau « benchmark », sera nécessaire. Faire ressortir les bénéfices que tireront tous les membres d’une équipe dont les performances seront surmultipliées. 
  • Préparer la vedette : lui assurer le soutien sans faille du management et des collègues, mais en exigeant un respect total envers ces derniers. 
  • L’emploi du temps du chef direct : celui-ci devra organiser ses journées de sorte à pouvoir être le plus immédiatement disponible. Comme évoqué, les « top performers » vont vite, ils sont dotés de capacités de travail au-dessus de la moyenne et ont donc besoin de décisions rapides de leur hiérarchie. 
  • Le management et son DRH : communiquer régulièrement, tout en se préparant à devoir aborder avec recul les éventuels dérapages et autres tensions qui peuvent survenir de l’énergie déployée par les personnes en question. Il sera nécessaire d’admettre que ces dernières disposent d’une marge d’interprétation, tout en restant dans certaines limites à tracer clairement. 

 

 
 
Laisser un commentaire0 CommentairesHR Cosmos

Bernard Stoessel a exercé durant 25 ans des fonctions managériales en milieu multinational. Désormais à la tête du bureau de conseil en management et ressources humaines BS Management, cet ancien musicien semi-professionnel fait profiter de son expérience aussi bien des grandes entreprises que des start-ups.

Davantage d'articles de Bernard Stoessel

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser