24.50 CHF

HRM-Dossiers

Les arcanes du langage non verbal en entretien (no. 55)

Le langage non verbal permet d’obtenir une meilleure connaissance de soimême et des autres. Maîtriser les codes du langage non verbal aide à développer notre sens de l’empathie et notre intelligence émotionnelle, une aptitude devenue incontournable dans le domaine du savoir-être. Le contenu développé dans ce Dossier HRM concerne principalement le domaine des ressources humaines dont l’une des activités principales est la conduite d’entretien. L’enjeu est de mener ces entretiens avec efficacité et bienveillance, et non de lire dans les pensées des interlocuteurs-trices pour disposer de ce qui n’est volontairement pas exprimé. La plupart des résultats obtenus et partagés dans cet ouvrage sont issus de la pratique. Chaque hypothèse est régulièrement confrontée à la réalité du «terrain», de manière pragmatique et méthodique.

 

Ce produit n'est plus physiquement disponible, il est uniquement disponible dans le APP HR Today. Instructions pour le APP : hrtoday.app

 

 

Table des matières

 

- Introduction 8
- La communication 11
  La communication interpersonnelle 12
  La communication verbale et paraverbale 13
  La communication non verbale 14
  La déontologie du langage non verbal 15
- Fondements historiques et scientifiques 19
  Historique du langage non verbal 20
  L’anatomie humaine 22
  La proxémie 24
  Le cerveau humain 25
- Les principes systémiques du langage non verbal 29
  Les axes directionnels 30
  Les émotions primaires et les réactions 32
  Le corps et ses membres 37
  Les positions et les mouvements 46
  Le visage et les auto-contacts 49
- La conduite d’entretien 55
  L’entretien 56
  Les enjeux des acteurs 57
  Congruence et incongruence 58
  Les méthodes de questionnement 59
  Les techniques d’observation du langage non verbal 63
  Les gestes en entretien 66
- Conclusion 69
- Glossaire 70
- Références 72
- Remerciements et collaboration 73

 

1. édition 2019, 76 pages

Robert Tanner

Depuis plus de 25 ans, Robert Tanner est régulièrement amené à conduire des entretiens de sélection pour des fonctions dites à risque. Dans sa carrière, il s’est effectivement vu confier l’engagement de convoyeurs-ses de fonds, d’agents-es de sécurité, de commissaires de police ou encore de hauts cadres de l’État. Pour mener à bien ses missions, il a développé des techniques d’entretien pour mesurer les critères non perceptibles, comme l’intégrité personnelle, la confiance en soi, la capacité de résilience ou encore l’intelligence émotionnelle.


À ses débuts, il était plutôt centré sur les questions relatives à la moralité, les antécédents judiciaires ou les problèmes d’ordre financier. Mais très vite, il a constaté que cette rigueur ne suffisait pas et qu’il fallait développer d’autres méthodes pour aboutir aux résultats les plus performants. Au-delà des aspects techniques appliqués, résidait surtout l’observation des candidats-es et leur comportement durant l’entretien lorsque certains sujets plus sensibles sont abordés, et ceci dans un contexte parfaitement maîtrisé. Une hésitation, un silence marqué, un mouvement ou un geste à la suite d’une interrogation étaient autant d’indicateurs utiles et intéressants pour reformuler une question ou approfondir un sujet déterminant.


En 2001, Robert Tanner développe et dispense une première formation sur le langage non verbal aux cadres d’une entreprise de sécurité qui comprennent très vite l’intérêt des outils enseignés pour la conduite managériale.

 

Sur la base des modèles existants, il agrémente ses connaissances par des formations complémentaires et des lectures dans le domaine et les introduit dans ses pratiques.

 

D’autres défis professionnels sont venus renforcer sa méthodologie, comme le recrutement de masse. En 2003, il est par exemple mandaté pour engager plus de 300 personnes en urgence à l’occasion de la réunion du G8 qui avait généré des affrontements à Genève entre émeutiers et forces de l’ordre, et ceci, tout en s’assurant de la bonne moralité des profils engagés. À cette occasion, de nouvelles procédures de sélection avaient dû être développées, comme par exemple des séances d’information rassemblant plusieurs postulants au même endroit et au même moment. Cette formule permettait notamment de faire une première sélection des candidats-es sur la base de l’observation dans un contexte calibré, consolidée par un test de compétences dédié. Très vite, la formule s’est révélée extrêmement efficace pour faciliter l’engagement des personnes présélectionnées. Le succès de cette expérience a finalement permis de modéliser des processus de recrutement utiles pour d’autres campagnes de recrutement de grande envergure.

 

Riche de ses expériences professionnelles, Robert Tanner conjugue la rigueur des processus de sélection avec la malléabilité de l’interaction humaine pour accompagner les engagements les plus exigeants et les plus pointus.

Autres articles de Robert Tanner