Intégration des travailleurs plus âgés

«La situation globale des plus de 50 ans est meilleure que prévu»

Le Swiss Future of Work Forum a eu lieu pour la première fois à Berne dans le contexte d’un marché du travail en constante évolution. L’occasion de présenter une étude sur l'intégration des travailleurs plus âgés. Ses résultats montrent que «la situation globale des plus de 50 ans est meilleure que prévu», indique la société Lee Hecht Harrison.

Les employeurs et les employés ainsi que les établissements d'enseignement et l'État sont confrontés à de nouveaux défis. Quelles sont les exigences de demain pour le développement d'une carrière? Dans quelle mesure la Suisse est-elle compétitive en tant que place économique et de travail? Comment la Suisse s'assure-t-elle que notre économie encourage et sollicitent les travailleurs qualifiés de plus de 50 ans? Autant de questions qui ont fait l'objet d'un débat animé lors du Swiss Future of Work Forum organisé par Lee Hecht Harrison, leader mondial et suisse dans le domaine du développement et de la transition de carrière, et marque du groupe Adecco.

Une centaine d'invités issus des syndicats, de l'administration et de l'industrie, ainsi que de nombreux employés ont participé à l’événement à Berne, rapportent les organisateurs dans un communiqué. Au nombre des participants figurait Eric Scheidegger, directeur adjoint du Secrétariat d'Etat à l'Economie SECO, qui a déclaré: «Le changement technologique n'est pas nouveau. La Suisse est très bien positionnée et habituée à accepter le changement. Dans un avenir proche, il ne faut pas s'attendre à un recul macroéconomique de l'emploi, mais à une réorientation vers de nouveaux domaines».

D'autres orateurs ont également souligné des domaines d'action urgents qui pourraient contribuer à ce que «la Suisse perde sa position de leader sur le marché du travail». Wiebren van Dijk, représentant du Ministère néerlandais des Affaires Sociales, a clairement indiqué que «les Pays-Bas peuvent certes beaucoup apprendre de la Suisse, mais en ce qui concerne l'âge de la retraite, par exemple, la Suisse est encore en difficulté». Les Pays-Bas connaissent depuis des années un relèvement progressif de l'âge de la retraite comme une reconnaissance de la nécessité de travailler plus longtemps, mais aussi de la prise en compte des intérêts des personnes directement concernées. Concrètement, il s'agit d'un modèle dynamique selon lequel l'âge de la retraite est reporté de quelques mois chaque année jusqu'en 2022, date à laquelle l'âge de la retraite de 67 et 3 mois est atteint. Ensuite, il sera lié à l'espérance de vie.

Lors de la conférence, M. van Dijk a également présenté le plan d'action «Perspective for 50+», un catalogue de mesures pour une meilleure intégration des travailleurs plus âgés. L'une de ces mesures consiste à créer des incitations financières non seulement pour les entreprises de plus de 50 salariés, mais aussi pour que chaque individu reste attractif.

L'intégration des travailleurs plus âgés a également été un élément essentiel d'une étude menée par Lee Hecht Harrison. L'analyse des données de 1700 candidats depuis 2017 a montré que «la situation globale des plus de 50 ans est meilleure que prévu. L’impact psychologique négatif et l'anxiété qui règnent chez les personnes touchées entraînent une grande incertitude. En conséquence, de nombreuses personnes licenciées réduisent de manière significative leurs exigences en matière de recherche d'emploi», explique Andreas Rudolph, Directeur Général de Lee Hecht Harrison Suisse. Après tout, 71% des demandeurs d'emploi retrouvent un emploi à temps plein et 12% un emploi temporaire ou à temps partiel – soit des proportions similaires aux demandeurs d'emploi plus jeunes.

Il est également clair que la formation continue est un facteur décisif de succès, comme également souligné dans l'étude publiée par Lee Hecht Harrison. Bien que d’autres études aient montré que la volonté des travailleurs plus âgés de suivre une formation continue diminue avec l'âge, l'étude de la Lee Hecht Harrison souligne qu'une expérience aussi radicale que le licenciement modifie considérablement cette perception. Mais «qui doit payer les investissements en temps et en coûts», a déclaré le Professeur Olbert-Bock, de la Haute école spécialisée de Saint-Gall.

Hélène Agbémégnah de Travail.Suisse, Daniela Schneeberger de TREUHAND|SUISSE et Nicole Burth du Groupe Adecco Suisse ont également discuté des mesures possibles et de leurs avantages. Les panélistes ont convenu que tous les acteurs étaient appelés à agir: les employés, les employeurs et l'État. Elles étaient également toutes convaincues que les modèles de travail flexibles tels que le travail indépendant et le freelance doivent être mieux protégés socialement en Suisse et que l'apprentissage et le développement tout au long de la vie est crucial pour l'employabilité.

Tous les orateurs et panélistes se sont félicités de la décision du Conseil Fédéral, qui a été communiquée en même temps que le fait que les chômeurs âgés de 60 ans et plus et les travailleurs âgés de 50 ans et plus bénéficieraient d'un soutien accru. La majorité des personnes présentes ont estimé que la protection contre le licenciement était contre-productive et extrêmement difficile à mettre en œuvre. Stefan Leist, directeur du Département Analyse du Marché du Travail et de la Politique Sociale auprès du Secrétariat d'Etat à l'Economie SECO, a ajouté que l'importance d'une évaluation du statut avait été reconnue et que de nouveaux services étaient déjà en cours de développement au niveau cantonal pour les plus de 40 ans.

Sur la base des résultats de l'étude de Lee Hecht Harrison et des discussions lors du Swiss Future of Work Forum, les recommandations suivantes pour un développement durable du marché du travail émergent :
1. La première analyse de situation dès le milieu de la quarantaine et la formation continue en tant qu'apprentissage tout au long de la vie (c'est-à-dire au-delà de l'âge de la retraite) font partie des pierres angulaires d'une intégration professionnelle durable.
2. L’offre aux employés plus âgés d'une orientation professionnelle immédiate en cas de licenciement par l’employeur.
3. La flexibilité de l'âge de la retraite doit être introduite immédiatement; des mesures de soutien aux entreprises et aux travailleurs sont également nécessaires pour assurer une protection sociale saine.
4. Briser les préjugés, c'est l'affaire de tous. Plus de 50 exemples positifs dans les entreprises et les médias peuvent renforcer la confiance et offrir plus de perspectives. 
 

Laisser un commentaire0 Commentaires
Davantage d'articles de Lee Hecht Harrison

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser